Avis de décès du Colonel Morraglia

Décès du Colonel Claude Morraglia, résistant du maquis de Lorris et déporté à Buchenwald

Nous apprenons avec tristesse le décès du Colonel Claude Morraglia survenu dans la nuit du 12 au 13 janvier 2016, à l'âge de 93 ans. Ses obsèques ont eu lieu le mardi 19 janvier 2016 à 14h30, dans la collégiale Notre Dame d'Ecouis dans l'Eure. Les honneurs militaires lui ont été rendus.

Claude Morraglia est né le 1er janvier 1923 à Metz. Pendant l’année scolaire 1943-1944, il prépare l’Ecole de Saint-Cyr au Lycée Janson-de-Sailly à Paris. Recruté pour l’Organisation de Résistance de l’Armée par un ancien officier instructeur, le capitaine de Montangon, alias Liénart, il entre en résistance et arrive à Montargis le 7 juin 1944 en compagnie d’autres jeunes cyrards.

Claude Morraglia est, dans un premier temps, envoyé dans des fermes aux environs de Lorris où il garde officiellement les vaches tout en recrutant de jeunes volontaires de la commune.

Par la suite, il intègre le maquis de Lorris et devient chef de groupe dans la Compagnie Albin, du nom d’Albin Chalandon. Il participe à des parachutages et parvient ainsi à armer son groupe ce qui lui permet d’effectuer des actions de sabotage de ponts et de voie ferrées.

Le 14 juillet 1944, il est envoyé avec ses hommes en mission à Lorris pour réquisitionner un véhicule. L’opération tourne mal et le propriétaire de la traction se met à hurler. Avertis par les cris, les gendarmes interpellent Claude Morraglia et le conduisent à la prison de Montargis. Le 21 juillet, il est livré à la Feldgendarmerie puis remis le lendemain à la Gestapo d’Orléans où il subi de nombreux interrogatoires.

Il est envoyé au camp de Compiègne-Royallieu le 28 juillet et déporté au camp de Buchenwald le 17 août sous le matricule 78706. Affecté au kommando de Neu-Stassfurt, il va durant 8 mois devoir transformer cette ancienne mine de sel en usine souterraine. Le camp est évacué le 18 avril 1945 et les détenus sont libérés le 8 mai 1945 à Annaberg.

Rapatrié, Claude Morraglia poursuit une brillante carrière militaire qui le conduit en Indochine et en Algérie.

Devenu colonel, il est décoré le 5 septembre 1979 de la plaque de Grand Officier de la Légion d’Honneur par le président de la République, Valéry Giscard d’Estaing.