Anniversaire - Maurice Ballet

vendredi 7 janvier 2022

A gauche : Maurice Ballet

100 ans de Maurice Ballet !

Vendredi 7 janvier 2022, Maurice Ballet, résistant-déporté du Loiret fête ses 100 ans. Pour l'occasion, la mairie du Château-d'Oléron, où il réside désormais avec son épouse, organise une inauguration d'une allée ainsi que d'une sculpture.

Son parcours :

Maurice Ballet est né en 1922 à Orléans. C'est le fils de Léon Ballet, résistant du maquis de Lorris. Habitant à Lorris, il profite de la débâcle pour cacher des armes en forêt avec des camarades dans l'espoir qu'elles puissent servir un jour. Pendant l'Occupation, il fait, avec d'autres jeunes, quelques actes de sabotages dont notamment dégonfler les pneus des allemands. Dès 1942, il est repéré par Albert Rigal qui lui propose d'adhérer et d'oeuvrer pour le Front national de lutte pour la libération et l'indépendance de la France. Sa mission consiste à récupérer les armes cachées en forêt, les démonter et les transporter à Paris via le train. Puis il doit revenir avec des journaux clandestins. Dénoncé, il est arrêté le 30 juin 1943 alors qu'il se trouvait en gare de Montargis avec son père et son frère (Henri). Comme ils n'étaient pas ensemble, Maurice est arrêté seul. Il est interrogé et on lui demande où se trouve sa famille. Il déclare qu'il est orphelin.

Maurice Ballet est incarcéré à Orléans jusqu'au 2 juillet 1943 puis il est envoyé à Compiègne et déporté le 2 juillet pour le kommando de Dresden où les détenus travaillent en alternance à des travaux de métallurgie dans les ateliers de réparation de wagons adjacents à la gare de marchandises, et au déblaiement des ruines de la ville après les bombardements Alliés. Il est ensuite envoyé à Buchenwald le 25 mars 1944 où il porte le matricule 34276. A Buchenwald, il travaille à la carrière. Il est blessé à la jambe par un bloc de pierre mais il refuse de se faire soigner au revier (infirmerie du camp). Il prend contact avec un déporté, médecin de profession, qui lui permettra de guérir. Maurice Ballet conserve cependant une cicatrice importante à la jambe. 

Il est ensuite envoyé au camp de Sachsenhausen le 12 mai, avec cette fois-ci le matricule 79329. Par la suite, il est affecté au camp d’Heinkel où se trouvent les halls de fabrication des avions Ernst Heinkel. Le camp est évacué le 21 avril 1945 et Maurice participe aux "Marches de la Mort". A la hauteur de Parchim ses camarades et lui sont libérés par l'armée Russe. Il est alors rapatrié au Lutétia, à son retour Maurice Ballet pèse 36kg.

Maurice Ballet est fait Chevalier de la Légion d’Honneur, décoré de la Croix de Guerre avec palme, et décoré de la Croix de Guerre du Combattant Volontaire de la Résistance.